Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
" />
Back to home
in L'écolo-bio

La guerre des graines

  • 20 octobre 2016
  • By Boho
  • 0 Comments
La guerre des graines

Voici un reportage d’une importance cruciale, à une échelle mondiale. Il s’agit de notre liberté.

Imagineriez-vous que l’on privatise l’eau ou bien l’air dans le monde ?

L’enjeu, notre indépendance alimentaire face au système économique. Accepter que des entreprises privées aient la main-mise sur le garde-manger du monde, ou le refuser. 

Les intérêts de quelques-uns contre l’intérêt de tous.

Les lois sur les graines

Aujourd’hui, les agriculteurs doivent déjà payer pour ressemer leurs propres graines. Bientôt, en Europe, une loi pourrait contrôler l’utilisation des semences agricoles. Elle empêcherait les agriculteurs de replanter leurs propres graines.

C’est d’ailleurs devenu impossible avec les plantations hybrides, qui ne peuvent pas se ressemer. Semences hybrides qui se sont développées partout… 95% des semences de maïs sont hybrides, et donc stériles. Il n’existe presque plus de semences qui ne soient pas hybrides en France.

Derrière les lois, des semenciers privés

Cinq grands semenciers possèdent déjà la moitié du marché, dont Monsanto que l’on voit dans le documentaire. Ce sont eux qui vendent les graines. Ils pourraient bientôt tout contrôler.

« La stratégie de Monsanto se dévoile en partie lors d’un entretien avec l’un des responsables de cette usine située à Peyrehorade en Aquitaine. Consciente des difficultés à développer les plantes génétiquement modifiées en Europe sous la pression citoyenne, la firme mise désormais sur la multiplication des droits de propriété sur les semences. Avant de quitter le site de Monsanto, la caméra s’attarde sur des semences de couleur rouge. Enrobées d’insecticides ou de fongicides provenant d’autres compagnies comme Bayer ou Syngenta, ces semences rappellent que Monsanto collabore étroitement avec plusieurs géants de l’agrochimie.« 

Savoir où on met les pieds avec cette loi

Si un brevet interdisait aux agriculteurs de ressemer sa récolte, le prix des semences augmenterait considérablement. Les paysans seraient complètement dépendants, mais il ne s’agit pas seulement d’eux. Cela aurait aussi un impact au niveau mondial. Les usines semencières pourraient imposer leurs lois, comme par exemple les OGM en France si elles le voulaient. Elles auraient complètement le pouvoir, au-delà de nos politiques et de nos gouvernements.

Il s’agit en fait de nous, de notre liberté.

Vandana Shiva, une icône activiste

Vandana Shiva fonde l’association Navdanya, qui signifie le cadeau ou dana de Navadhanyas (neuf graines) : c’est un cadeau de la vie, de la continuité des semences, de la biodiversité.

Navdanya est un réseau de gardiennes des semences en Inde. Elles ont créé des banques de semences communautaires à travers le pays et ont ouvert un centre d’apprentissage sur la conservation de la biodiversité.

Envers et contre toutes les marées de la globalisation, elle mène encore mille combats, combats non violents, pédagogiques, aux quatre coins du monde.

Enregistrer

By Boho, 20 octobre 2016
My Bucket List
Je me sens
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boho Peony

@bohopeony

%d blogueurs aiment cette page :