Partager :

WordPress:

J'aime chargement…
" />
Back to home
in Des nouvelles de la forêt

Saviez-vous que les arbres communiquent entre eux ?

  • 10 novembre 2016
  • By Boho
  • 0 Comments
Saviez-vous que les arbres communiquent entre eux ?

Les arbres repoussent leur ennemi, préviennent les arbres alentour, communiquent pour mûrir en même temps, et invitent les ennemis de leur ennemi à venir le manger ! Tout ça sous la forme de substances chimiques qui flottent près de nos nez sans qu’on s’en aperçoive !

Repousser l’ennemi : 

Si un arbre voit ses feuilles mangées par un animal, ou bien si une chenille vient abîmer ses feuilles, il se défend. Les chercheurs ont prouvé que les végétaux disposent de plusieurs moyens pour les repousser. Et vous allez voir, c’est extraordinaire !

1) Suite à une agression, le reste du feuillage de l’arbre produit en grande quantité des substances non comestibles pour l’herbivore, notamment le tanin. Il devient donc indigeste pour l’ennemi. Mais la plante ne se contente pas de produire beaucoup de tanins.

2) Elle peut aussi produire de l’insecticide ou alors une substance qui stérilise les insectes !

3) Plus subtilement, certaines sécrètent des hormones identiques aux hormones de l’insecte pour perturber sa croissance !

img_0333

Mais cela va même plus loin, la plante va prévenir ses camarades.

Il se trouve que les plantes de même espèce, pas attaquées mais voisines de la plante blessée, répondent de la même manière que cette dernière ! Et oui ! Il existerait donc un mode de communication entre les arbres, l’arbre agressé avertissant l’arbre sain d’à côté ! Cette communication des plantes se fait par un gaz : l’éthylène. C’est un gaz incolore, volatil, et même de densité assez proche de l’air.

L’acacia, par exemple, suite à une agression, double la proportion de tanins dans ses feuilles dans les 15 minutes. Et les arbres aux alentours réagissent de même. 

Le peuplier voit le taux en tanin de ses feuilles doubler dans les 50 heures qui suivent l’agression, pour revenir à la normale 100 heures plus tard. Cette même teneur en tanin augmente de 60 % chez les arbres non agressés.

Même les animaux le savent.

Ils ne broutent jamais longtemps les feuilles du même arbre ! Et vont plus loin comme s’ils avaient assimilé le piège des arbres.

Les plantes communiquent également pour mûrir harmonieusement.

En effet, l’éthylène joue un rôle dans la maturation des fruits. Les pommes en train de mûrir diffusent ce gaz et hâtent le jaunissement de bananes vertes à proximité. D’ailleurs, les professionnels le savent bien : il faut cueillir les fruits mûrs au fur et à mesure pour éviter une diffusion d’éthylène qui ferait mûrir toute la récolte d’un coup !

arbre enneigé

Le must du must, c’est que les plantes sont capables d’appeler l’ennemi de leur ennemi pour le décimer !

Les plantes communiquent aussi chimiquement avec les insectes. Elles peuvent envoyer des signaux chimiques pour attirer l’ennemi de l’insecte dont elle veut se débarrasser ! L’ennemi sera ravi de manger l’insecte en question. Là encore, les plantes voisines sont prévenues aussi.

Par exemple, lorsque les chenilles se nourrissent de maïs, de tabac et de coton, les plantes produisent des substances chimiques qui attirent les guêpes parasites. Ces cris chimiques attirent seulement les guêpes qui pondent leurs œufs dans le type de chenille qui infestent les plantes : rien n’est laissé au hasard ! Les plantes décrivent donc précisément par quel espèce elle est endommagée.

Un pas vers l’écologie (plus de pesticides)

Saviez-vous que le tiers des récoltes mondiales est détruit par des insectes ? Or, aujourd’hui, les agriculteurs comptent sur l’utilisation des pesticides parce que les plantes qui ont été élevées ont souvent perdu leurs défenses chimiques et ne peuvent pas appeler à l’aide. Alors au lieu d’utiliser des insecticides que nous ingérons après, apprenons d’abord à observer la nature. Elle a déjà la solution.

Ce type de défense naturelle commence à voir le jour en agriculture. On commence à utiliser des hormones produites par les plantes elles-mêmes ou bien par synthèse pour lutter biologiquement contre les insectes nuisibles. Les pays en développement utilisent déjà la communication des plantes pour repousser les ravageurs loin d’une culture et les attirer vers une autre cible.

Dans une certaine mesure, cela imite ce que de bons jardiniers ont toujours su intuitivement : certaines plantes semblent faire bon ménage.

img_0335

@ sources : Discover Magazine et Sciences et Vie

By Boho, 10 novembre 2016
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boho Peony

@bohopeony

%d blogueurs aiment cette page :